envie de changer le monde

Intimidation scolaire: envie de changer le monde ?

L’intimidation scolaire fait de nombreuses victimes chaque année. Au premier jour de classe de la rentrée 2007, en Nouvelle-Écosse, un jeune de 14 ans se fait pousser dans les cases et bousculer par un groupe d’élèves deux ans plus vieux que lui. On le traite de fif, on essaye de lui toucher les parties génitales en tentant d’arracher son chandail. Son crime: il porte un chandail rose.

Ce soir-là, j’imagine que l’adolescent a pleuré de peur et d’humiliation. Comment sera le reste de l’année si l’intimidation scolaire s’installe dès la première journée? Il n’en parle à personne, à quoi bon? Il se dit que personne ne peut rien faire de toutes façons. S’il en parle aux profs, ce sera pire. S’il en parle à ses parents, ils ne pourront rien faire. Rouler en boule dans son lit, il se sent coincé, acculé, impuissant. On connaît tous cette histoire racontée des milliers de fois. Ne vous donne-t-elle pas envie de changer le monde?

Il dort peu cette nuit-là parce que les scénarios se sont enchaînés dans sa tête, tous plus effrayant les uns que les autres. Au matin, il n’a pas faim et part pour l’école sans déjeuner. La mort dans l’âme, il se prépare à vivre un autre incident.

Lendemain d’intimidation scolaire

Quand il passe la porte d’entrée des élèves en regardant à terre, il sent que quelque chose cloche dans l’atmosphère. Il lève les yeux et partout devant lui, des centaines d’élèves de tous les niveaux portent un chandail rose. Au milieu, deux étudiants plus vieux distribuent  des camisoles roses à tous ceux qui en veulent.

intimidation scolaire
David Shepherd et Travis Price, ce jour-là, en 2007.

Il s’agit de David Shepherd et Travis Price, 17 ans. Dans la cohue des couloirs la veille, ils ont assisté à la scène d’intimidation scolaire, avec le sentiment de ne rien pouvoir faire. Travis , qui est nouveau dans cette école, a quitté son ancienne école après avoir été lui-même intimidé pendant plusieurs années. Devant la scène, il est à la fois choqués et bouleversés. Il a bien envie de changer le monde injuste qu’il voit!

Sur la route qui les a ramenés à la maison ce jour-là, les deux ados ont envie de faire quelque chose… mais quoi? Quelle action se trouve à la portée de deux adolescent d’une petite ville? À force de discuter, ils finissent par avoir une idée qui va changer la vie de beaucoup de monde. Demain, ils porteront chacun un chandail rose pour aller à l’école demain.

Le soir même, ils lancent leur idée sur Facebook et l’affaire prend une dimension inattendue. Tout le monde veut participer à la réponse aux intimidateurs. Les deux étudiants passent au magasin à rabais et, avec leur argent de poche, achètent 50 camisoles roses. Ce sont celles qu’ils distribuent le lendemain matin dans le hall d’entrée de l’école. C’est peut-être leur audace ou la certitude de la justesse de leur action qui crée le mouvement? En tout cas, tout le monde veut participer et accepte de porter une camisole rose.

Envie de changer le monde?

envie de changer le monde

Leur action n’a pas seulement changé la vie du jeune ado intimidé au premier jour. Dans les jours qui ont suivis, des centaines d’autres élèves portaient du rose. L’histoire a fait le tour du pays, puis du monde. Travis Price a raconté son histoire partout et inspiré de milliers de jeunes qui avaient eux aussi envie de faire quelque chose pour contrer l’intimidation scolaire. Il a fondé une organisation qui ramasse des fonds et sensibilise les jeunes partout dans le monde. Depuis 2009, le 25 février a été désigné le « Pink Shirt Day » au Canada.

En songeant que ces deux jeunes inconnus de 17 ans ont pu avoir un tel impact sur leur communauté et leur pays, ça ne vous donne pas le goût de faire votre part pour l’amélioration du monde? Laissez-vous inspirer par la série d’histoires inspirantes du même genre sur leur site web.

Et le 25 février prochain, si vous avez envie de changer le monde, portez du rose!

En lire plus sur la persévérance scolaire et la mentalité de croissance

Empowerment et résolution de problème: La solution du crayon russe

J’adore me rappeler cette histoire de la solution du crayon russe, à propos d’empowerment et résolution de problème, et dans laquelle des gens vraiment plus intelligents que moi, et avec beaucoup plus de ressources, se sont plantés avec un P majuscule! 🙂

L’histoire du crayon russe

Un jour, au tout début de la grande histoire de la conquête de l’espace, dans les années 60′, la NASA se rend compte que les astronautes de la première mission habitée auront besoin d’écrire à gravité zéro. L’organisation convoque alors un groupe d’experts internationaux, de différents horizons scientifiques, pour réfléchir à la question des matériaux du stylo. Douze mois plus tard et après avoir dépensé 1 million de dollars (en 1965, c’est une somme astronomique!), le groupe d’expert présente un stylo qui écrit en gravité zéro et à basse pression.

Pendant ce temps, les Russes poursuivent le même objectif d’une mission habité. Dans cette course, ils font donc face aux mêmes problèmes, y compris celui du moyen d’écrire dans l’espace. Cela vous amusera peut-être autant que moi de savoir que la question a été réglée en 15 minutes et pour 2 $. La légende veut qu’une secrétaire anonyme ait entendu la question dans une réunion où elle prenait des notes et murmuré tout bas en sortant, qu’elle ne voyait pas pourquoi un banal crayon de bois ne pourrait pas écrire dans l’espace. Et c’est exactement ce que les Russes ont choisi de faire! La solution du crayon russe c’est la plus simple, et c’est souvent celle qui vient d’un point de vue complètement différent.

Problème complexe, solution complexe?

Plus il y a de points de vue différents, plus on a de chance de trouver la meilleure solution. L’empowerment et la résolution de problème sont pourtant des alliés naturels. On sait tout cela, et ça ne nous empêche pas de l’oublier et de nous perdre dans les méandres de la complication qui viennent avec un unique point de vue. La solution du crayon russe est éclairante dans ces situations-là. Les intervenantes d’une maison de la famille que je connais étaient en train de se casser la tête à essayer de concevoir une façon de reprendre les activités « normales » tout en respectant le protocole de prévention, à la suite de la pandémie.

Pour l’équipe de la maison de la famille, il y avait de très nombreuses tâches et pas tellement de monde pour les réaliser. Nettoyer toutes les surfaces utilisées pendant les rencontres, ne pas en oublier, changer de masque et de visière, fournir des masques aux familles visiteuses, laver les jouets, laver les tasses et les verres séparément, faire respecter les deux mètres de distanciation et, donc, replacer les chaises et fauteuils aux bons endroits, contrôler le nombre de personnes qui entrent, gérer les inscriptions aux activités. Il y a aussi les toilettes à gérer : accompagner les enfants pour s’assurer qu’ils ne touchent à rien d’autre que le strict nécessaire et nettoyer toutes les surfaces après leur départ.

empowerment et résolution de problème

Comment réussir à faire tout ça sans que ça prenne les deux heures actuelles, ce qui réduit sensiblement le nombre de familles qui peuvent venir à la Maison et profiter du support des intervenantes! Elles en étaient à s’attribuer les tâches selon une liste exhaustive et sur une rotation de trois jours, afin d’assurer que personne ne se retrouve coincé avec une tâche plus difficile pour les deux prochaines années.

Empowerment et résolution de problème

L’empowerment est une solution simple parce qu’il compte sur le partage du pouvoir; le pouvoir de l’information, de décision et d’action. Les pratiques d’empowerment et résolution de problème comptent sur l’intelligence collective, la créativité de tous, l’enrichissement de la diversité.

empowerment : la solution du crayon russe

Quand l’équipe de cette maison de la famille a retrouvé sa posture d’empowerment, les intervenantes ont tout de suite vu que les familles elles-mêmes les aideraient à résoudre ce problème de logistique. C’est ce genre réflexe que l’on développe dans la formation « Travailler avec les parents en empowerment ». On pense à tort, que l’empowerment et la résolution de problème ne concerne que les problèmes des personnes et des familles que nous accompagnons. Le partage du pouvoir résout toutes sortes de problèmes!

Elles les ont donc consultées et rapidement, une décision unanime est apparue: se sont les familles, qui allaient nettoyer après leur passage et gérer les enfants dans les toilettes. Quand les pratiques s’inscrivent vraiment dans l’empowerment, alors les objectifs sont également partagés. Ici, les familles veulent la même chose que l’équipe : profiter des installations, du support et réaliser tout cela de façon sécuritaire pour elles-mêmes, leurs enfants et les intervenantes. Voilà pourquoi empowerment et résolution de problème permettent la mobilisation : tout le monde se sent concerné par la solution.

La solution du crayon russe


Pour chaque problème, il existe au moins une solution complexe, et c’est celle qu’on trouve le plus facilement. Étrangement, nous faisons même davantage confiance à une réponse compliquée; probablement parce qu’elle a l’air plus « sérieuse ». L’expérience ne nous a-t-elle pas appris, pourtant, qu’en incluant tout le monde dans le processus de discussion et de décision, on avait plus de chances de trouver une solution simple et mobilisante pour tous? C’est exactement ce qu’on fait en empowerment et résolution de problème. Souvent, au contraire du bon sens, nous faisons reposer la recherche de solution sur les épaules du groupe habituel, avec le même point de vue. Dans la solution du crayon russe, nous comptons sur tous les points de vue.

En acceptant d’élargir le cercle de réflexion et de décision en dehors des « experts » identifiés, on sera peut-être surpris de la simplicité des possibilités qui se présenteront alors.

De temps en temps, on a besoin de se demander s’il n’y a pas d’autre monde à inviter dans le cercle de discussion, avec d’autres points de vue, et qui nous permettraient de trouver une solution du crayon russe à notre problème. Partager le pouvoir de discussion, d’information et de décision crée de l’empowerment pour tout le monde.

résilience

3 repères de résilience pour surmonter les crises

Qu’est-ce qui nous permet de surmonter les crises? Les données de recherche nous offrent trois repères de résilience en temps de crise.

L’action

On sait aujourd’hui que se mettre en action est un moyen naturel de sécréter des endorphines et de la sérotonine, les hormones qui apaisent et font reculer l’angoisse. Se mettre en action, ce peut être bouger au sens littéral du terme : courir, marcher, jouer au basket dans l’entrée de voiture, jardiner, danser dans son salon ou sur son balcon.

Les repères de résilience qui apparaissent dans l’action sont ceux qui nous permettent de nous pousser vers l’avant. Peut-être aviez-vous le projet de refaire votre terrasse? Fabriquer une table avec le bois qui traîne dans votre cour; se mettre au quilting en démarrant une courtepointe; apprendre la guitare ou la batterie, enfin!

 surmonter les crises

Développer un projet, même tout petit, nous permet de nous prolonger dans l’avenir. Et c’est cela la résilience. Les projets nous mettent en action et appellent notre enthousiasme. Ils devraient nous mettre en action à la fois physiquement et psychologiquement. Au moment où le niveau d’enthousiasme diminuera, ce sera le moment de faire appel à la discipline dont nous sommes capables. Parfois, la discipline est stimulée quand on se rappelle pourquoi on s’est lancé dans ce projet. Dans tous les cas, se mettre en action permet de surmonter les crises.

L’affection, un des repères de résilience

Ne nous laissons pas arrêter par la distanciation. Il y a d’autres moyens de manifester notre affection : écrire des lettres, envoyer des courriels, créer de courtes vidéos qu’on envoie par les réseaux sociaux. Organiser des jeux à distance, comme des chasses au trésor, des montages photo, des concours de chants, etc.

Il y a autant de façon de manifester l’affection qu’il y a d’humain·es sur la terre! Jeunes ou vieux, petits ou grands, ce n’est pas la forme qui compte le plus, c’est le message. La manifestation de notre affection aide tout le monde à surmonter les crises, nous-mêmes et ceux qui la reçoivent.

Pour en entendre un peu plus sur les façons de se manifester de l’affection, allez écouter ce balado!

La réflexion

La réflexion, c’est le retour à soi; à ce qu’on ressent, ce qu’on croit. La réflexion dont nous parlons est celle qui cherchera et trouvera, nous l’espérons, du sens aux événements. C’est le dernier des repères de résilience, mais pas le moins important.

Cette plongée en nous-mêmes peut bien sûr utiliser les voies de la spiritualité ou de la religion, si c’est une pratique qui fait déjà partie de votre vie. La méditation est une autre façon d’entrer en soi-même pour surmonter la crise. Il existe de nombreuses techniques. Vous trouverez certainement celle qui vous convient.

la méditation est un des repères de résilience

Cette réflexion peut prendre toutes sortes de formes. Un journal intime dans lequel on fait le récit au jour le jour de l’aventure; un club de lecture d’oeuvres de fiction ou d’essais, par exemple. Commencer vous-même un récit de fiction. Utilisez des thèmes portés par la crise est une autre façon de nourrir une réflexion profonde par d’autres voies. Chercher les points communs avec d’autres périodes de notre vie pourrait aussi être une façon de réfléchir. Expliquer les choses aux enfants et répondre à leurs questions est une autre façon de réfléchir au sens des choses.

Ces trois repères de résilience sont utiles dans n’importe quelle crise, qu’elle soit collective comme celle de la covid-19 de 2020 ou personnelle comme un deuil ou une séparation. Ces trois voies nous permettent de nous tourner vers l’avenir. C’est cela la résilience. Il s’agit de garder vivantes et actives les ressources intérieures qui permettent aux humains de surmonter les difficultés.

À lire: une entrevue récente de Boris Cyrulnik au webzine WeDemain du 26 mars 2020.

Select Your Style

Slider Ken Burns Mode

Pre Define Colors

Custom Colors

Layout