Un balado de France Paradis: Vivre debout et arroser le bambou

Des mots qui font du bien aux intervenant·e·s sociaux

Arroser le bambou, c’est ce que toutes les intervenantes et intervenants sociaux font chaque jour. Ils et elles se lèvent et accompagnent des personnes en difficultés en sachant que ce ne sont pas eux ni elles qui font arriver les choses et les événements. Chaque balado de France Paradis qui se trouvent sur cette page porte exactement ce message: nous sommes un maillon de la (très) longue chaîne de personnes, intervenant·e·s, médecins, policiers, alouette, qui vont avoir donné le meilleur d’eux mêmes dans leur contact avec cette personne.

Nous ne sommes pas des réparateurs d’enfances brisées ni des médecins de l’âme. En fait, nous sommes plus près des jardiniers qui croient en ce qu’ils ne voient pas encore et continuent d’arroser le bambou chaque jour. Et il n’y a pas de plus beau métier, comme le rappelle le balado de France Paradis. 🙂

Arroseurs de bambou

Voici l’histoire qui réchauffe le cœur et l’âme des intervenant·e·s chaque fois que je la raconte depuis 30 ans. Aujourd’hui, je crois qu’elle peut faire du bien à beaucoup de monde…

Pour tous les humains qui travaillent à soutenir d’autres humains. Peu importe qu’on les paie ou pas. Faites-vous du bien!

Le droit de pleurer

Les larmes sont peut-être le plus ancien marqueur de notre humanité. Quand on « ravale » nos sanglots, c’est la partie la plus fragile de nous-mêmes que nous écrasons dans le fond de notre gorge. Ce balado de France Paradis fait du bien!

Les premières fois

Les premières fois ne sont pas des occasions de réussir, mais plutôt d’apprendre! Abaisser ses attentes pour apprendre de nouvelles manières, voilà la mentalité de croissance.

Comment ça va pour vrai?

Une invitation à nommer les sentiments difficiles et arrêter de faire semblant que tout va bien quand ça ne va pas.

Les journées difficiles

Tout le monde a des journées difficiles de temps en temps. Ce n’est pas le temps de tout remettre en question; c’est juste le temps d’enlever la pression… et jardiner!

Les changements difficiles

Les changements sont inévitables et, en même temps, souvent difficiles à vivre. Tout simplement parce nous, les humains, ont voudraient que les choses changent mais sans que rien ne change pour nous.

Quand nous avons la grâce d’assister au relèvement d’une personne, il faut nous rappelé que nous n’y sommes pas pour grand’chose. Notre part est à la fois essentielle, mais insignifiante en elle-même. Elle n’a de sens que parce que nous faisons partie de cette grande chaîne qui a fait de son mieux pour arroser le bambou.

Il faut donc de la foi pour arroser chaque jour des racines qu’on ne voit pas. Beaucoup de foi pour imaginer le résultat d’un plein déploiement. La conviction que le meilleur ne s’est pas encore réalisé pour cette personne; la certitude que le « vivant » qui l’habite est puissant et cherche à jaillir!