Soigner les personnes différentes ?

rien de grave, protéger les enfants
Rien de grave : protéger les enfants
30 août 2018
Soigner la différence

Cet été, j’ai fait un jardin et ces centaines d’heures passées à y travailler ont été un pur bonheur. Et aussi l’occasion d’y trouver des dizaines de leçons. L’une d’entre elles porte sur les personnes différentes. Les enfants différents, comme les adultes, ne sont pas des problèmes. Pourtant, avant même de les connaître vraiment, on cherche à « soigner » leur différence.

Lucie est l’amie qui a partagé tant de joies avec moi pour ce jardin. Le genre de femme qui s’émeut aux larmes devant un champ d’hostas ou la transparence d’une feuille de canna dans la lumière du soir. Avec un titre d’agronome, elle a pourtant choisi de travailler dans les serres, les mains dans la terre, pour un salaire de misère. Parce qu’elle adore ça et que chaque jour passé au milieu de toutes ces fleurs est un jour de bonheur. Oui, Lucie appartient au groupe des personnes différentes.


Rien à arranger ou à soigner

Vers le milieu de l’été, elle m’a apporté cette plante magnifique : Acalypha wilkesiana. La couleur de ses feuilles orangée et bronze est époustouflante ! Si vous regardez bien la photo, vous verrez que les feuilles sont « difformes ». Je l’ai tout de suite remarqué. Leur contour est absolument inégal. La texture des feuilles n’est pas lisse du tout.
En me l’offrant, Lucie m’a dit : « Elle a l’air malade, mais elle est faite comme ça. Il n’y a rien à arranger ou à soigner ; elle est faite comme ça et ses feuilles sont faites comme ça. »

personnes différentes

Le ton de Lucie me disait qu’elle avait souvent vu des jardiniers amateurs tenter « d’arranger » cette fabuleuse Acalypha. Visiblement, leurs soins avaient été catastrophiques. Dans tous les cas, la plante en était morte.
Wow. Une vraie révélation. 

Faut-il vraiment réformer la différence ?

Parfois nous nous comportons comme des jardiniers amateurs, nous aussi. Nous appartenons à une culture qui croit que les personnes doivent être d’une certaine façon pour être « corrects » ; pour être en sécurité, même. On s’est peut-être fait une idée de ce qu’a l’air la vie de quelqu’un qui « va bien ». Alors on veut ramener les personnes différentes dans cette zone de « sécurité ». Nous croyons savoir tout ce qu’il y a à savoir sur les différences. Si nous arrêtions de croire que nous savons ce qui  estsain et ce qui ne l’est pas, sans doute nous mentiraient-ils bien moins souvent !

C’est comme ça que l’on se désintéresse de la nature d’une personne ; de son essence. De ce qui fait son unicité. Quand nous rencontrons une différence, ne cherche-t-on pas à la faire rentrer dans une de nos cases ? C’est bien humain, j’imagine.

Avec les meilleures intentions du monde, nous cherchons le meilleur moyen de s’y prendre pour les réformer. Mais est-ce que nous souhaitons vraiment les connaître ?

soigner les personnes différentes


On fait la même chose avec toutes les personnes différentes et les parcours différents.

Qui sont les personnes différentes ?

Je songe aux personnes trisomiques ; aux enfants autistes et ceux qui sont aux prises avec la paralysie cérébrale. Et toutes celles en situation de handicap. Mais je songe aussi aux personnes trans et queer ; celles également qui ne s’identifient à aucun genre et agissent en conséquence. Je songe aux femmes hindoues en sari ; aux musulmanes tatouées de henné pendant le ramadan ; aux hommes sikhs qui portent le turban de leur religion. Je songe aux personnes très obèses ; aux grands brûlés ; aux jeunes adultes au corps couvert de scarification.

La texture des personnes différentes

Comme pour les feuilles d’une plante, on s’imagine que la texture lisse est garante de sécurité et de bien-être pour tous. Quand on ne reconnaît pas la « texture normale » chez les personnes différentes, on veut souvent les « arranger » au lieu de la connaître.
Nos intentions sont bonnes, pourtant.  C’est le point de départ de notre regard qui est erroné : correspondre à la norme n’est pas particulièrement « bien » et n’a pas plus de valeur que de ne pas y correspondre. 

J’aime particulièrement l’Acalypha wilkesiana. Elle me rappelle que l’idée que je me fais des « problèmes » d’une personne n’est peut-être que l’expression de mon ignorance de sa nature profonde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *